Maladie pommier feuilles recroquevillées : Le début de la fin …

Maladie pommier feuilles recroquevillées : Le début de la fin …

0 Partages

Ces feuilles recroquevillées sur votre pommier peuvent totalement anéantir votre récolte de pommes.

Et si votre pommier à moins de 4 ou 5 ans, il vit peut être ses derniers instants…

Si les feuilles de votre pommier se recroquevillent, ce n’est pas anodin.

C’est le signe d’un ravageur qui s’installe :  Le puceron.

Ce peut être :

  • le puceron cendré
  • le puceron lanigère
  • le puceron vert
  • le puceron des galles rouge

Même s’ils ont un fonctionnement légèrement différent, les conséquences sont (malheureusement) les mêmes.

Au début, ils seront très peu, et les dégâts ne seront pas ou peu voyants. Mais les pucerons se reproduisent à une vitesse faramineuse.

Pour le puceron lanigère par exemple, il peut y avoir jusqu’à 12 générations par an de pucerons.

 

 

 

Une descente aux enfers lente et douloureuse pour votre pommier

Une petite colonie peut rapidement infester tout votre pommier et :

  • aspirer doucement mais surement la sève de ses feuilles, de ses bourgeons, de ses fruits, de son troncs
  • créer des déformations sur les fruits
  • atrophier les branches
  • les feuilles du pommier se recroquevillent, se gaufrent selon le puceron, et tombent

Votre récolte peut être totalement détruite à cause des pucerons qui aspirent toute la vitalité du pommier.

Il y a pourtant les auxiliaires qui devraient les limiter, comme on l’entend beaucoup en permaculture. Les coccinelles par exemple, sont connus pour se nourrir des pucerons.

Mais il y a un double problème.

La première source vient des insecticides. Souvent, les vergers sont traités, plus ou moins naturellement (surtout moins). Et il a été démontré que les insecticides limitent l’implémentation des auxiliaires ainsi que leur développement.

Le second problème, et pas des moindres vient d’une espèce qui protège les pucerons : les fourmis …. En fait, les pucerons sont les vaches des fourmis. Elles en font un élevage. 

Pourquoi ?

Car la déjection des pucerons, le miellat,  est un aliment riche nutritivement pour les fourmis. 

Il a été constaté que les dégâts causés par nos amis auxiliaires (coccinelles, syrphes, forficules) sur les troupeaux de pucerons se retrouvent limités à causes des fourmis.

Et … si le calvaire n’était pas assez grand … le miellat entraîne une vrai descente aux enfer à nos chers pommiers.

Le miellat, d’une texture collante, favorise l’accrochage de la fumagine, champignon qui attaque nos arbres. Ce champignon va augmenter drastiquement la vulnérabilité du pommier à de nombreuses maladies et autres champignons.

Autant dire que si rien n’est fait, la situation peut devenir chaotique.

 

Un bon petit coup de pesticide ?

Alors, sur un coup de panique, vous seriez tenté d’appliquer un pesticide et le tour serait joué ! Et c’est bien vrai. Le problème avec cette solution, c’est que vous allez aussi limiter l’installation des auxiliaires, qui pourraient, avec les années, potentiellement limiter l’impact négatif des pucerons.

De ce fait, chaque année, vous devrez mettre du pesticide … et …. ici aussi, ce n’est pas aussi simple. Déjà, je suppose que vous n’avez pas envie de récolter des pommes gorgées de poison … et ensuite, il faut savoir qu’avec le temps, les pucerons deviennent de plus en plus résistants au pesticides.

Alors, je vais de suite vous donner TOUTES les solutions qui marchent afin que vous puissiez sélectionner celle que vous vous sentez de faire. Elles ont été testé et approuvés par de nombreuses personnes. Et vous pouvez perdre le temps à chercher, vous n’en trouverez pas d’autres (oui, j’ai passé beaucoup de temps à tout rassembler pour vous éviter d’avoir à le faire).

Après les avoir listé, j’aimerais vous donner mon avis sur la question, qui ne va pas forcément vous plaire mais qui … si vous voyez le même intérêt que moi dans la solution finale, vous aurez LA solution pour ne JAMAIS être embêté par les pucerons. Oui, ça fait un peu solution miracle, et c’est vraiment le cas.

Bref, passons aux 12 solutions à appliquer dès maintenant pour détruire ces ravageurs.

 

12 solutions pour éradiquer en 24h plus de 80% des ravageurs (ces satanés pucerons !!)

  1. Utilisation du savon noir : Il empêche le bon fonctionnement respiratoire du puceron. La Glycérine va boucher les pores et le pucerons mourront rapidement
  2. Les Purins : de Tanaisie, d’Ortie, de Rue
  3. Créer un environnement favorable aux auxiliaires
    1. guêpe parasitoïde (hyménoptères parasitoïdes),
    2. hyménoptères parasitoïdes,
    3. aphelinus mali, 
    4. coccinelle,
    5. forficule
    6. mésange
    7. fauvette
  4. En prévention, après la chute des feuilles : badigeonner l’arbuste d’huile blanche
  5. Si c’est une petite colonie : alcool à brûler au pinceau
  6. Si c’est une grande colonie : alcool à brûler + produit vaisselle + eau en pulvérisation sur l’arbuste
  7. Bande de glue : ça va bloquer une grande partie des fourmis, et les auxiliaires pourront plus facilement détruire les pucerons. Très efficace, et simple à mettre en oeuvre si vous avez peu d’arbres à gérer
  8. Utilisation de pyréthrine :  c’est un dérivé des fleurs de chrysanthèmes qui contient une substance qui détruit le système nerveux des insectes
  9. Plantez de la cataire, laisser pousser le rumex
  10. Éviter les excès d’azote (tout comme les excès en tout) : tout excès va se retrouver dans la sève et l’odeur (ou je ne sais quoi) va attirer plus facilement les ravageurs comme les pucerons
  11. En début d’attaque : arroser fortement l’arbre
  12. utiliser les filets alt’Carpo
  • permet de limiter l’effet négatif des ravageurs
  • donc limiter les recours aux pesticides
  • donc faciliter le retour des auxiliaires
  • mais il y a qd même moins d’auxiliaires

Voilà, vous avez une liste presque exhaustive de ce que vous pouvez faire pour traiter le problème des pucerons.

 

Mais, ne serait-ce pas mieux s’il n’y avait pas de pucerons, tout simplement ?

Le problème, c’est que l’on cultive très peu d’espèce de pommier. On privilégie généralement les plus connu, c’est à dire ceux dont la pommes se vendent le mieux.

Sur les 6000 variétés de pommes, combien en connaissons-nous vraiment ? 10 ? 20 ?

Et sur ces milliers de variétés, ne pensez-vous pas qu’il y ai quelques variétés qui soient résistantes aux pucerons ?

la réponse est bien évidemment … OUI

 

3 variétés résistantes aux pucerons

Un étude à été réalisé sur 24 variétés ces dernières années, sur 3 ans, 2013, 2014, 2015. L’objectif était d’analyser quel est l’impact négatif (ou neutre) de la diminution progressive des insecticides sur les pommiers, en 2013 et 2014, puis l’analyse d’une année complète sans pesticide, en 2015.

Le résultat ?

3 variétés sur les 24 se sont montrés totalement insensibles aux attaques de pucerons :

  1. Querina Florina
  2. Goldrush Coop 38
  3. Golden Orange Cov

Et ceci n’est qu’une analyse. En creusant, on peut trouver tout un tas de variétés différentes qui résistent aux pucerons

maladie pommier feuilles recroquevillées

Je ne pourrais vous expliquer pourquoi les pucerons ne sont pas attirés par ces variétés. Par contre, ces pommiers sont aussi résistants à la tavelure. On pourrait supposer qu’ils ont une résistance naturelle contre tout type d’ennemis.

En tout cas, choisir une de ces 3 variétés est une solution pour avoir des pommiers en bonne santé, productif et qui ne nécessite aucun traitement chimique pour survivre.

Parmis les sources utilisés, je vous conseille ces deux liens qui vont bien plus en profondeur sur ce sujet :

  • https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00665080/document : Thèse d’Hazim Dib, de 253 pages
  • https://www.grab.fr/wp-content/uploads/2016/01/GRAB_guide_varietal_sensibilites_aux_bioagresseurs_2016.pdf : Complément de magazine réalisé en partenériat avec l’INRA & le Grab, de 16 pages qui décrit certaines études réalisé sur différentes variétés et leur niveau de sensibilité aux attaques de ravageurs.

J’espère que cet article vous à plu. La solution finale me parait la solution pour toute personne qui cherche à développer un verger le plus autonome possible.

 

Nous ne sommes pas des pros, nous avons plus de libertés qu’eux !

Alors bien entendu, il faudra toujours s’occuper de son verger. Mais nous ne sommes pas des professionnels qui doivent répondre aux besoins du marché. Nous avons le loisir de trouver des espèces résistantes, qui nous facilite grandement le travail.

Personnellement, c’est le choix que je compte faire :

  • Mélanger les pommiers de ma région, avec des variétés résistantes afin que le verger soit le plus résistant possible.

Car je veux avoir l’esprit tranquil et la certitude d’avoir des kilos de pommes à récolter chaque années !

Et si vous êtes dans le même état d’esprit, je suppose que vous voyez le même intérêt à trouver les espèces les plus résistantes et gustativement appétissantes possibles !

Alors, soignez rapidement vos pommiers avec une des 12 solutions que je vous ai listé dans l’article puis, plantez des variétés résistantes !

0 Partages

Post Comment