Faire ses semis en intérieur : Les 8 étapes fondamentales

Faire ses semis en intérieur : Les 8 étapes fondamentales

0 Partages

C’est un vrai plaisir de faire ses semis soi-même.

On peut bichonner ses plantes du début jusqu’à la fin.

Elles nous le rendront avec des légumes bons et sains.

Et, si vous choisissez des graines reproductibles, c’est encore mieux. 

 

Surtout si vous souhaitez devenir plus autonome.

Année sur année, vous allez pouvoir récupérer les graines de vos propres semences.

 

Malheureusement, se lancer dans les semis en intérieur peut vite tourner au cauchemar.

Le plaisir de voir sortir ses premiers semis laisse vite place à la panique.

Pourquoi ?

 

Car il y un problème récurrent quand on se lance dans les semis intérieurs.

Les semis filent.

Dès qu’ils sortent de terre, la tige principale ne cesse de s’allonger, au fil des jours. 

Elle est très fine et fragile.

Bientôt, les semis commencent à pencher sur un côté, puis tombent complètement. 

Les feuilles commencent à jaunir, et c’est bientôt la mort du plant.

Alors oui, on peut toujours rattraper un plant qui file avant le jaunissement.

 

 

Mais n’est-il pas mieux d’éviter que les plantes se fragilisent en filant autant ?

Car, quand les plantes filent, le plaisir se transforme en inquiétude. 

L’année suivante, on a peur de recommencer, au risque d’encore mal faire.

Souvent, on lit que mettre ses semis proches d’une fenêtre exposée sud suffit.

Mais ce n’est pas le cas, car même à cet emplacement, des jardiniers amateurs ont les semis qui filent.

En plus, selon les années, il ne fait pas toujours beau durant la période des semis.

 

En réalité, le problème vient de 2 facteurs :

  • la température
  • la lumière

À l’intérieur, les températures sont élevées. Ce qui envoie un signal à la graine : c’est le moment de sortir et de te développer !

Sauf que quand elle sort, la lumière disponible n’est pas en adéquation avec la température.

 

La plante va “filer” afin de trouver une source de lumière

La solution, c’est d’avoir une puissance de lumière adaptée à la germination et au début de croissance de vos graines.

Car c’est grâce à la lumière que les plantes potagères peuvent se nourrir.

C’est sous l’effet de la photosynthèse que la plante va pouvoir transformer certains éléments en nourriture.

Voici une vidéo qui l’explique la photosynthèse très simplement, en moins de 2 minutes : 

 

 

L’activité lumineuse, couplée à l’eau et les éléments nutritifs contenus dans le terreau vont permettre à la plante d’avoir une croissance optimale.

Ainsi, vos plantes ne fileront pas. Ils seront beaux et forts pour affronter, après les saints de glace, la vie à l’extérieur.

Bon, on a trouvé la solution au problème principal des semis en intérieur.

Mais, il y a encore des choses à connaître ! 

 

Nous allons voir maintenant :

  • Quelle lumière artificielle choisir ?
  • Quels contenants choisir selon nos graines ?
  • Quels substrats acheter, sans trop dépenser
  • Quelles sont les techniques de semis ?
  • Quand commencer les semis à l’intérieur ?
  • Comment faire germer les graines rapidement ?
  • Où mettre ses semis ?
  • Comment arroser ses semis intérieurs ?

 

C’est parti !

 

Quelle lumière artificielle choisir ?

Vous l’aurez compris, la lumière artificielle est souvent mise de côté. C’est ce qui provoque le problème des semis qui filent.

Les maraîchers professionnels utilisent pour la plupart des lampes horticoles.

Préférez les lumières blanches et froides, supérieures à 3000 kelvin.

Kelvin = degré Kelvin. C’est la température de la lumière. Plus les degrés Kelvin sont bas, plus la lumière est jaune et chaude. Inversement, plus les degrés Kelvin sont élevés, plus la lumière est froide et blanche. 

Vous pouvez choisir n’importe quel type de lumière : néons, HPS, CFL.

Mais dans l’objectif d’avoir une lumière à la fois efficace et économique, dirigez-vous vers des néons T5.

 

Les néons T5 : économique et efficace

Le néon tubes T5 coûte en moyenne 10€. Ils font 6500°K, ce qui est idéal pour vos semis.

Il diffuse un peu de chaleur, ce qui sera bénéfique pour vos petits plants. 

Cette chaleur sera quand même assez basse, ce qui vous permettra de les approcher à bonne distance, sans danger.

 

À quelle distance mettre la lumière de mes semis ?

Le site cultureindoor.com a réalisé un tableau précis pour vous répondre :

 

En fin d’article, vous trouverez le lien vers leur article, qui est très intéressant.

 

Optimiser la lumière grâce aux réflecteurs

Pour tirer au maximum profit de votre éclairage, vous pouvez installer un réflecteur de lumière.

Vous pouvez soit le fabriquer avec du papier aluminium, soit l’acheter tout prêt. L’objectif est d’accentuer l’éclairage sur l’ensemble de vos semis.

 

Combien d’heures faut-il éclairer vos semis ?

L’idéal est d’éclairer vos semis pendant 18h par jour.

Mais, vous pouvez très bien faire moins.

Je m’explique.

18h d’éclairage c’est l’idéal pour que vos semis germent et grandissent à la vitesse maximale.

Mais si vous éclairez 12 heures par jour, c’est très bien aussi. Vos semis auront assez de lumière pour grandir sans filer.

La seule différence, c’est que ça poussera un peu moins vite.

 

Quels contenants choisir selon nos graines ?

Il y a 3 contenants que vous pouvez utiliser :

  • Les caissettes / terrines : ce sont des caissettes, dans lesquelles on va pouvoir semer en ligne toutes nos graines
  • Les plaques de semis alvéolés: c’est le même principe, sauf qu’ici, c’est une plaque où sont fusionnés des godets plus ou moins grands
  • Les godets : ce sont les pots dans lesquels vous achetez vos plants, généralement

 

Dans les terrines / caissettes, vous pouvez planter toutes les graines qui ne souffrent pas d’un double repiquage (je m’explique juste après). Généralement, on plante les petites graines dans ce système :

  • aubergines
  • tomates
  • choux
  • poireaux
  • radis
  • etc …

 

On plante directement en godet les grosses graines qui poussent vite et/ou les graines qui supportent mal le double repiquage :

  • concombres
  • cornichons
  • courgettes
  • melons
  • pastèques
  • etc…

 

Bien entendu, vous pouvez planter les petites graines ainsi que les graines qui supportent le double repiquage directement en godet.

Mais, le double repiquage, que l’on effectue avec le système de caissette/terrine a 3 avantages.

 

Le double repiquage (système de caissette / terrine)

Le double repiquage consiste à planter plus de graines que ce qu’il en faut dans des bacs (terrine / caissette). Puis, on ne sélectionne que les plants les plus vigoureux. C’est ceux-là qu’on repique dans des godets plus grands, en attendant d’être semé à l’extérieur.

Les avantages :

  1. gain de place :  dans une seule caissette, on peut planter plusieurs dizaines de graines
  2. gain de temps : on a pas à prendre les graines une par une. On sème à la volée
  3. Sélection des meilleurs plants : on peut sélectionner les plants les plus vigoureux uniquement

 

Liste (non exhaustive) des légumes que l’on peut semer en intérieur

Voici une liste des semis que vous pouvez faire en intérieur :

  • aubergines
  • céleri
  • concombre
  • courgette
  • laitues
  • melon
  • patate douce
  • tomates
  • betteraves
  • blettes
  • choux cabus
  • choux rave
  • chou fleur
  • choux de bruxelle
  • chou de milan
  • courges
  • maïs
  • pastèque
  • piments
  • poivrons

 

Quels substrats acheter, sans trop dépenser ?

Vous avez 3 solutions qui s’offrent à vous :

  1. Vous achetez directement du terreau à semis. L’avantage, c’est que c’est un terreau utilisable de suite. Il est riche et très fin. L’inconvénient, c’est qu’il est cher.
  2. La seconde solution, c’est d’acheter du terreau universel. Il demande aussi d’être tamisé afin d’utiliser que la partie fine. Par contre, il a l’avantage d’être moins cher.
  3. La dernière solution, si vous avez du temps, c’est de faire votre terreau vous-même. En mélangeant puis tamisant la terre de votre jardin + la même quantité de compost, vous obtiendrez du terreau. À noter que, plus votre terre est argileuse, moins il faudra en mettre. Ou, vous pouvez ajouter du sable pour compenser.

 

Quelle technique de semis utiliser ?

Votre terreau doit être fortement humidifié. Comme ça, vous n’aurez pas besoin de “déranger” les graines durant la germination.

 

Voyons la plus simple pour semer : 

  1. Remplissez vos pots de terreau acheté ou créé
  2. Tassez légèrement votre terreau
  3. Avec votre doigt, faites un trou d’un demi-centimètre pour semer vos graines
  4. couvrez légèrement vos graines

 

Concernant le nombre de graines, vous pouvez semer, par exemple :

  • 3 ou 4 grosses graines par godet
  • 5 à 7 petites graines par godet

Si vous semez en caissette, l’avantage c’est que vous pouvez semer à la volée, sans vous embêter à compter vos graines.

 

Quand commencer les semis à l’intérieur ?

Pour la majorité des semis, on démarre 6 semaines avant de les repiquer en pleine terre.

Donc, si vous comptez repiquer vos jeunes plants après les saints de glace (le 14 Mai), vous pouvez commencer à faire germer vos graines dès le début du mois d’Avril.

Dans le sud, on pourra commencer plus tôt. 

La meilleure chose à faire, c’est de suivre la météo de chez vous, et de demander aux anciens. Généralement, quand arrivent les dernières gelées ? C’est après cette période que vous pourrez planter. Et donc, c’est 6 semaines avant cette date que vous pouvez semer.

 

Mais, il est inutile de semer trop tôt. 

 

Sinon, vos plantes vont végéter en pot. Alors que le but, c’est que les graines germent, grandissent, et soient repiquées sans qu’il aient eu le temps de végéter en pot.

Bien entendu, il y a des exceptions. 

Par exemple :

  • Vous avez une serre : vous pouvez planter 2 à 4 semaines plus tôt que votre zone de rusticité
  • Pour la patate douce, vous pouvez commencer plus tôt que 6 semaines, car : il faut faire germer la patate douce, puis effectuer des boutures

 

Quand semer les tomates à l’intérieur ?

  • Comme les autres plantes potagères : entre fin mars et début avril. 
  • Référez-vous à votre zone de rusticité pour avoir plus de détails. Encore mieux, demandez à vos voisins qui ont un potager depuis plusieurs années afin de connaître les dernières gelées.
  • Si vous avez une serre, vous pouvez commencer à planter plus tôt.

 

Comment faire germer les graines rapidement ?

Il y a 3 façons de faire germer vos graines. En préambule, sachez que c’est la lumière et la température adaptée qui vont accélérer la germination et la croissance.

  1. Le verre : Placez la graine dans un verre d’eau. Dès qu’elle coule, c’est qu’elle s’est ouverte et commence à germer. Vous pouvez la récupérer et la placer dans du terreau
  2. Les deux assiettes : Prenez une assiette et déposez-y une double couche de papier essuie-tout mouillé. Mettez vos graines, recouvrez d’un autre papier essuie-tout, et posez la seconde assiette par-dessus, à l’envers.
  3. Germination directe dans le terreau : celle décrite plus haut. C’est la plus simple et directe

 

Où mettre ses semis ?

Vous pouvez fabriquer une box à semis :

  • vous pouvez en acheter une directement fabriqué
  • vous pouvez utiliser un meuble avec étagère et installer vos néons + semis sur chaque étagère
  • vous pouvez le fabriquer vous-même, si vous êtes bricoleur.euse.

 

Comment arroser ses semis intérieurs ?

Avant de semer, on imbibe fortement le terreau avec de l’eau.

Ensuite, dès que l’on touche le terreau et qu’il est sec, on arrose.

Vous pouvez utiliser un spray dans lequel vous mettez de l’eau. Comme ça, vous n’abîmerez rien lorsque vous arrosez.

 

 

Vous avez maintenant une vision complète de tout ce dont vous avez besoin pour réussir vos semis en intérieur.

Vous allez pouvoir éviter l’erreur n°1 que font la plupart des jardiniers amateurs : avoir les semis qui filent.

Aussi, vous savez maintenant quand semer, et pourquoi il ne sert à rien de semer trop tôt.

Vous allez pouvoir commander vos graines, vos néons et votre boîte à semis (ou la fabriquer) afin de pouvoir commencer rapidement à faire germer vos légumes.

 

Ne vous laissez pas ralentir par la peur de rater

N’ayez pas peur de vous lancer par peur de rater.

Sinon, vous risquez de toujours repousser et vous mettre une pression monstre chaque année.

Vous allez alors passer à côté du plaisir de voir grandir vos plantes dès leurs premiers instants.

Vous ne serez pas autonome si vous n’osez pas tester.

Surtout que maintenant, vous avez une vision globale des étapes à faire !

 

Téléchargez le résumé de l’article au format PDF, en remplissant votre mail ci-dessous.

 

 

Sources intéressantes :

  • https://www.cultureindoor.com/content/23-les-conseils-grow-light
  • https://www.potager-facile.net/calendrier_potager.htm
  • https://www.astucesaupotager.com/semer-ses-plants-a-linterieur-demarrer-ses-plants-une-sensation-reposante/
  • https://www.agrireseau.net/Rap/documents/b06cs04.pdf
0 Partages

Post Comment